recherche

Pôles de recherche & Laboratoires

POLE MER ET LITTORAL, TRANSFORMATIONS ET ENJEUX

Conformément à la dénomination de notre Université, la thématique “Mer et Littoral” est très fortement liée à l’identité de notre établissement. Ce pôle comprend deux laboratoires : Le LOG et BPA-ICV.

La recherche sur cette thématique s’attaque à des enjeux majeurs : le milieu marin, les systèmes littoraux et la biodiversité (y compris l’écologie marine, l’océanographie physique, la géologie marine, la biogéochimie et la dynamique côtière), la pêche, l’aquaculture, et leur valorisation (y compris la sécurité des aliments d’origine marine).

De nombreuses activités transversales sont également impliquées dans ce pôle : le géopositionnement sous-marin et la réflectométrie, la modélisation de phénomènes de pollution d’aquifères, les usages sociaux et/ ou spatiaux des territoires littoraux (et les enjeux juridiques, économiques, culturels et spatiaux qui y sont corrélés), la construction navale, la réinvention des villes portuaires, la régulation juridique des activités marchandes, la sécurité maritime, les préoccupations environnementales.

 

POLE MUTATIONS TECHNOLOGIQUES ET ENVIRONNEMENTALES

L’environnement est une thématique identitaire pour l’ULCO, depuis sa création. Les enjeux environnementaux étant généralement liés aux transformations technologiques, cela justifie de les réunir dans le même pôle. Ce pôle comporte 7 laboratoires (LISIC, LPCA, LMPA, UCEIV, UDSMM, MABLAB, URePSSS), et il est le pôle secondaire de TVES et d’ISI.

Mutations technologiques : Fondements théoriques et applications 

Il s’agit de recherches fondamentales dans les domaines de l’intelligence artificielle, des modèles mathématiques de phénomènes physiques, la résolution de très grands systèmes d’équations linéaires et le traitement d’images, le traitement de données massives, l’instrumentation scientifique dans les domaines de l’optique (UV à IR moyen) et de l’opto-électronique (domaine THz), et les propriétés physiques (électroniques, thermiques, optiques) de nouveaux matériaux.

Les applications portent sur le génie logiciel, la multimodélisation, l’analyse et la synthèse d’images, la physico-chimie atmosphérique, l’étude des cristaux liquides et des polymères et leurs composites.

Il existe également des recherches sur la perception, la gestion et la gouvernance de l’énergie, des risques, et de l’environnement ou de la santé (individuelle et sociale) ; ainsi que sur les trajectoires d’innovation associant des formes d’innovation technologiques, organisationnelles et commerciales (ex. les innovations destinées aux populations vieillissantes, ou celles associées à l’économie circulaire).

Transition environnementale ; Energie ; Santé

Les travaux concernent les mécanismes de la pollution atmosphérique (dynamique atmosphérique, réactivité chimique, aérosols), les effets des polluants sur le vivant, le développement de méthodes pour limiter l’impact de polluants, la valorisation d’agroressources et de la biomasse, la recherche de sources de pollutions, l’optimisation du trafic.

En matière d’énergie il s’agit du développement de matériaux fonctionnels dans le domaine de l’énergie, de composants pour l’électronique tels que capteurs et générateurs d’énergie, l’étude de matériaux dédiés à l’énergie tels que les matériaux thermoélectriques et électrocaloriques, le domaine de l’énergie éolienne (disponibilité énergétique) et du stockage (électrolyte solide).

Dans le domaine de la santé (outre les effets de la pollution sur le vivant, déjà évoqués) les travaux portent sur l’implication de l’adiposité de la moelle osseuse dans des maladies comme l’ostéoporose, l’anorexie mentale, le vieillissement, le diabète et l’obésité ; ainsi que sur l’exercice physique comme facteur déterminant de la santé et de la performance physique ; enfin il existe des recherches sur la perception, la gestion et la gouvernance de la santé (individuelle et sociale).

POLE HUMANITÉS ET TERRITOIRES INTÉGRÉS

Il s’agit du pôle principal de cinq laboratoires (TVES, HLLI, ISI, LARJ, LEM) de sciences humaines et sociales, qui sont également présents dans les pôles précédents, car les transformations, mutations et enjeux abordés dans les deux autres pôles s’appliquent à des territoires et affectent des individus ou s’incarnent dans des personnes.

Les aspects plus spécifiquement culturels ou sociétaux, juridiques ou liés au management et à l’innovation se retrouvent dans ce troisième pôle.

Ils associent des travaux sur l’évolution des territoires, des villes et de leur environnement ; sur les frontières culturelles, au niveau géopolitique, de la compétition pour l’accès à l’énergie, ou encore en ce qui concerne les grandes migrations humaines, la cohabitation de groupements ethniques dans les espaces urbains, ou des revendications identitaires, territoriales, nationales.

Mais cela concerne également la recherche sur les nouveaux outils pour la médiation culturelle (reconstitutions historiques, analyse d’œuvres), sur l’économie de l’innovation et de l’entrepreneuriat (entrepreneurs, firmes, trajectoires et réseaux d’innovation ; territoire entrepreneurial durable), et sur le droit avec un axe publiciste orienté vers l’action publique locale et environnementale, et un axe privatiste centré sur les réactions du droit des affaires confronté aux évolutions de l’économie telles que l’économie sociale et solidaire ou l’économie collaborative.

Contacter les pôles de recherche

Pôle Mer et Littoral, Transformations et Enjeux
Directeur : Sebastien MONCHY
32 Avenue Foch,
62930 Wimereux
+33 (0)3 21 99 64 29

Pôle Mutations Technologiques et Environnementales
Directeur : Arnaud CUISSET
Maison de la Recherche en Environnement Industriel
145, avenue Maurice Schumann
59140 Dunkerque
+33 (0)3 28 23 73 13

Pôle Humanité et Territoires Intégrés
Directeur : Christophe GIBOUT
Bâtiment Clocheville
25 rue Saint-Louis – BP 774
62321 Boulogne-sur-Mer Cedex
+33 (0)3 21 99 43 00

Fiches Labos :

Structures fédératives : 

Le projet « Institut de Recherche et Enseignement en Tourisme (InREnT) » porté par l’université du Littoral Côte d’Opale, l’université d’Artois, et l’université de Picardie Jules Verne.
 
Les membres fondateurs du GIS sont :
  • L’Université du Littoral-Côte d’Opale (ULCO)
  • L’Université de Picardie – Jules Verne (UPJV)
  • L’Université d’Artois (UArtois)
  • L’Université de Lille (ULille)
  • Conseil Régional Hauts de France
  • Communauté d’Agglomération du Boulonnais
  • Comité Régional de Tourisme Nord-Pas-de-Calais
  • Campus des métiers et des qualifications “Tourisme et innovation”
  • Lycée Hôtelier du Touquet 
  • Chambre de Commerce et d’Industrie Littoral Hauts de France
  • Comité Régional de Tourisme de Picardie
Ce sont des établissements d’enseignement supérieur et de recherche, des organismes institutionnels et des associations qui interviennent dans le domaine du tourisme Ils réalisent tous des travaux de recherche fondamentale et appliquée.
Ils ont établi entre eux depuis plusieurs années de fortes relations de coopération dans le domaine de la recherche et de la formation en tourisme.
En considérant la filière du tourisme, littoral et patrimonial, notamment celui de la région des Hauts-de-France, caractérisé par :
  • un attrait pour le littoral, accéléré depuis l’après Seconde Guerre mondiale ;
  • une urbanisation massive qui nécessite une réflexion constante dans le domaine de l’aménagement et de la gestion de cet espace (vulnérabilité face aux aléas liés aux submersion et érosion, cadre réglementaire, qualité des eaux de baignades, labels, etc.) ;
  • une forte mutation des territoires historiquement industriels au profit d’espaces de loisirs et de nature, amorçant de nouvelles destinations et pratiques touristiques ;
  • de nouvelles pratiques nécessitant de nouveaux aménagements pour l’accueil des usagers (du longe-côte à la randonnée nature, par le circuit des villes fortifiées…) ;
  • un effet de saisonnalité qui constitue une limite à la pérennité des activités commerciales et de loisirs (sportifs, culturels, etc.) dans les communes côtières ;
  • le vieillissement de la population touristique qui influence le choix de sa destination (plus culturelle, qui correspondrait à des activités « slowtourisme ») ;
  • la nécessité d’intégrer les piliers du développement durable dans les domaines de l’environnement (politiques des Parcs Naturels), de l’économie (circuits courts) et du social (accessibilité des destinations pour tous).
  • le poids de l’image historique de la région, parfois encore présente et qui limite l’attractivité de certains espaces des Hauts-de-France ;  
 
Face aussi aux exigences d’une nouvelle gouvernance imposant le renforcement des synergies entre les établissements d’enseignement et de recherche, ces établissements ont décidé de s’associer en créant le GIS InRent « Institut de Recherche et d’Enseignement en Tourisme littoral et patrimoine ».
Ecole Universitaire de Recherche – IFSEA 

(Interdisciplinary graduate school for marine, Fisheries and SEAfood sciences)

 
L’ULCO a lancé, à la rentrée 2020-21, sa première Ecole Universitaire de Recherche (EUR), dédiée aux sciences de la mer, à l’halieutique et aux produits de la mer : IFSEA (Interdisciplinary graduate school for marine, Fisheries and SEAfood sciences). L’EUR IFSEA vise à promouvoir en France le modèle des Graduate Schools en rassemblant des formations de Master et de Doctorat adossées à des laboratoires de recherche de haut niveau. 
L’EUR IFSEA a pour objectif de former les futures générations de chercheurs et de professionnels pour relever les défis environnementaux, sociétaux et économiques du secteur des ressources marines, et plus particulièrement des produits de la mer. 
L’objectif est de faire évoluer l’offre de formation actuelle vers une meilleure prise en compte des différents enjeux pluridisciplinaires liés aux sciences de la mer et du littoral, tout en intégrant une forte dimension internationale. 

Implanté stratégiquement à Boulogne-sur-Mer (premier port de pêche français et premier centre européen de transformation des produits de la mer), dans les Hauts-de-France (région au fort potentiel maritime), l’EUR IFSEA offrira, aux étudiants en formation initiale et aux personnes en formation tout au long de la vie, un cadre attractif pour développer leurs compétences et construire leur projet professionnel en forte interaction avec les attentes du monde socio-économique.

L’Institut des Sciences de la Mer et du Littoral structure dans un cadre unique, un écosystème complet pluridisciplinaire et d’envergure autour des thématiques phares de recherche et de formation marines et littorales. L’ambition de l’Institut est de créer une étroite synergie entre les activités de formation, de recherche et de transfert technologique dans les thématiques liées à la mer et au littoral en proposant une vitrine commune visible et attractive à l’échelle nationale et internationale. 

Ce partenariat institutionnel, universitaire et socio-économique, unique en Europe sur les ressources vivantes marines, permettra d’aborder de façon pertinente et innovante les défis actuels et futurs liés aux enjeux de la conservation et de la gestion, l’exploitation et la valorisation des ressources vivantes.

ENJEU : Identifier Boulogne-sur-Mer comme étant le site français d’excellence en formation et recherche pour relever les défis environnementaux, sociaux et économiques du secteur Mer et littoral et notamment des produits de la mer. En effet, peu de structures de recherche et de formation en Europe sont capables d’aborder de manière globale l’ensemble des questions liées au secteur des produits de la mer depuis l’environnement jusqu’à la consommation.

ATOUTS : Implanté stratégiquement à Boulogne-sur-Mer (premier port de pêche français et premier centre européen de transformation des produits de la mer), l’institut sera rattaché à l’Université du Littoral Côte d’Opale et s’appuiera sur un consortium scientifique d’excellence composé de laboratoires de haut niveau adossés à la fois aux universités régionales (ULCO, Université de Lille, Université d’Artois et Université de Picardie Jules Verne) et aux organismes nationaux de recherche (CNRS, IFREMER, ANSES, IRD, INRA). L’institut bénéficiera du soutien des acteurs socio-économiques comme le pôle de compétitivité national des produits aquatiques AQUIMER, le Parc Naturel Marin des Estuaires Picards et de la Mer d’Opale et la Plateforme d’Innovation Nouvelles Vagues ainsi que le soutien des collectivités locales (Région Hauts-de-France, CAB, PMCO). L’Institut bénéficiera également de l’appui de Nausicaa.

MISSIONS : Acteur majeur dans le monde de la Recherche Universitaire régionale, l’Université du Littoral Côte d’Opale développe et innove dans le secteur maritime en créant l’Institut des Sciences de la Mer et du Littoral avec pour missions principales :

– La formation des futurs spécialistes de l’environnement maritime (écologie marine, halieutique, sécurité et qualité des produits de la mer, transport maritime et logistique, soin aux animaux aquatiques, etc.).

 La recherche dans la pluridisciplinarité des activités développées au sein de treize laboratoires de recherche de haut niveau, rattachés aux universités (ULCO, Université de Lille, Université d’Artois, UPJV) et aux organismes de recherche (IFREMER, CNRS, ANSES, IRD, INRA) et regroupés au niveau régional autour de la Structure Fédérative de Recherche (SFR) « Campus de la Mer ».

 La valorisation et le transfert technologique via la mise en place, dans le cadre du CPER IDEAL, de deux plateformes d’expertise marine, uniques au niveau national et européen, pour développer des recherches à la pointe des connaissances scientifiques et technologiques dans le domaine des sciences de la mer. De plus, la valorisation des résultats de la recherche, en lien avec le pôle de compétitivité AQUIMER et la SATT Nord, permettra un impact économique sur le territoire.

– La médiation scientifique : en partenariat avec Nausicaá, l’Institut contribuera à sensibiliser le public à une meilleure préservation des océans et de leurs ressources (MrGoodfish, etc.)

L’ISML s’appuie sur plusieurs projets d’excellence structurant la recherche et la formation dans les Hauts-de-France autour des thématiques phares des sciences de la mer et du littoral :

  • la SFR Campus de la Mer
  • l’École Universitaire de Recherche IFSEA (sciences marines, maritimes et produits de la mer)
  • le Campus des Métiers et des Qualifications (CMQ) Approvisionnement, Valorisation et Commercialisation des Produits Aquatiques
  • le CPER IDEAL (plateforme halieutique, plateforme technologique marine)
  • la filière alimentaire halieutique de l’École d’Ingénieurs EILCO