Le monde des compagnies (3) : L’Etat et les grandes compagnies de commerce du premier XVIIe siècle

6 mars  de 10h à 18h
Centre universitaire du Musée, Boulogne-sur-Mer

Les grandes compagnies de commerce dites compagnies à charte ou à privilèges du XVIIe siècle ne bénéficient pas dans l’historiographie d’une bonne image. Elles sont jugées peu efficaces voire inutiles et inadaptées. Les travaux de la fin du XIXe siècle et du XXe siècle les ont depuis longtemps condamnées. Il est nécessaire d’aborder autrement la question de leur place dans la première globalisation en les replaçant au cœur du dispositif d’expansion européen, et en privilégiant une démarche résolument comparatiste en prenant en compte les entreprises françaises, anglaises et hollandaises. Pour ne regarder que celles qui s’intéressent à l’espace atlantique, le plus fortement concurrentiel, force est de remarquer qu’elles ont joué un rôle essentiel dans la colonisation de l’Amérique au XVIIe siècle, avec l’approbation de leurs gouvernements respectifs, et dans le développement du trafic transocéanique.

Mais quoique soutenus par les états, dont elles ont obtenu des privilèges, elles n’en ont pas moins une existence propre, ce sont des entreprises privées supportées par des actionnaires qui en attendent des bénéfices. Leurs intérêts sont-ils d’ailleurs toujours les mêmes que ceux de l’Etat ? Après avoir vu lors des précédentes journées en 2015 et en 2017 l’organisation structurelle de ces compagnies et leur assise financière, nous proposons un troisième volet sur leurs rapports avec l’Etat qui les soutient et souvent les a vu naître.