Une nouvelle convention pour lutter contre les violences sexuelles et sexistes, le harcèlement et les discriminations à l’université

Après Boulogne-sur-Mer et Saint-Omer, c’est au tour du parquet de Dunkerque de signer une convention de partenariat avec l’ULCO. L’objectif ? Faciliter l’accompagnement juridique et psychologique des étudiants et personnels de l’université victimes de violences, harcèlement ou discriminations.

Jeudi 1er février, rendez-vous était pris dans le bureau de Madame Charlotte Huet, procureure de la République du tribunal judiciaire de Dunkerque. Autour de la table de la magistrate : Hassane Sadok, président de l’ULCO, Catherine Minet-Letalle, Vice-Présidente déléguée à l’égalité, la lutte contre les discriminations et les violences sexuelles et sexistes et Gilles Dumez directeur de l’Association intercommunale d’aide aux victimes et de médiation (AIAVM. Le but de la réunion du jour était la signature d’une convention entre notre université et le Parquet de Dunkerque.

L’objet de celle-ci est d’instituer un partenariat entre l’ULCO et le parquet dans le cadre de la prise en charge des étudiants et des personnels de l’Université victimes d’infractions relevant de faits de violences sexuelles ou sexistes, de harcèlement ou de discriminations. S’ils restent fort heureusement marginaux au sein de l’université, de tels faits sont intolérables, comme ils le sont de manière générale au sein de notre société. L’ULCO, université à dimension humaine, met donc un point d’honneur à traiter avec le plus grand sérieux tous les cas qui peuvent lui être rapportés pour faire de l’ULCO un lieu sûr et protecteur.

Créer une relation de confiance pour libérer la parole et faciliter le travail de la justice

Comme pour le ressort des tribunaux judiciaires de Boulogne-sur-Mer (Calais étant dans ce ressort) et de Saint-Omer où une convention a déjà été signé, ce partenariat permettra aux étudiants et personnels victimes dans le ressort du tribunal de Dunkerque de bénéficier d’un accompagnement juridique et psychologique. Cette convention contribuera aussi à faciliter les signalements dans un souci d’assurer d’une part la protection des victimes, d’autre part le bon fonctionnement de l’établissement.

En effet, si l’université est compétente pour le volet disciplinaire de la prise en charge de faits de violences sexuelles, harcèlement et discriminations, il est aussi essentiel que les victimes soient informées de leurs droits et puissent saisir la justice rapidement et efficacement pour le traitement pénal de ces faits.

Pour une université sans violence ni harcèlement ni discrimination

Pour la procureure, cette convention avec l’ULCO est très importante, car elle va « créer des ponts entre les institutions », qui vont faciliter les contacts et les transmissions d’informations pour que les victimes puissent être mieux accompagner et que la justice se mette en ordre de marche plus vite. En formalisant le cadre d’action et en appuyant l’engament de l’ULCO à lutter contre ces violences, « L’enjeu de la convention, c’est aussi de favoriser les détections et de créer un effet dissuasif auprès des éventuels auteurs ».

Plus d’info : https://egalite.univ-littoral.fr/

Association intercommunale d’aide aux victimes
et de médiation (AIAVM) :

Maison de la Médiation et du Citoyen
Hôtel de ville – Place Roger Salengro
59033 Lille Cedex – Tél.: 03 20 49 50 79

Victimes de violences : Écoute – Information – Orientation
08 Victimes

08 842 846 37
http://www.victimes.gouv.fr

Un numéro unique pour TOUTES les victimes
Un numéro non surtaxé
Une plate-forme d’écoutants professionnels (approche psychologique et juridique)
Un interlocuteur qui rassure, informe et oriente localement.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter